Programme d'histoire-géo 5e-4e-3e (cycle 4)

                                                     Programme d'histoire de 5e

  • ­Thème 1 Chrétientés et Islam (VIe-XIIIe siècle), des mondes en contact

=Byzance et l’Europe carolingienne

=De la naissance de l’islam à la fin de l’unité califale : pouvoirs, sociétés, cultures

Dans la continuité de la classe de 6ème, qui aborde la période de la préhistoire à l’Antiquité, la classe de 5ème couvre une vaste période, du Moyen-Âge à la Renaissance. Elle permet de présenter aux élèves des sociétés marquées par la religion, au sein desquelles s’imposent de nouvelles manières de penser, de voir et de parcourir le monde et de concevoir l’exercice et l’organisation du pouvoir séculier.

La période qui s’étend du VIe au XIIIe siècle, de Justinien à la prise de Constantinople par les Croisés (1204), est l’occasion de montrer comment naissent et évoluent des empires, d’en souligner les facteurs d’unité, ou au contraire, de morcellement. Parmi ces facteurs d’unité ou de division, la religion est fondamentale. Les relations entre les pouvoirs politiques, militaires et religieux permettent par ailleurs de dé‑nir les fonctions de calife, de basileus et d’empereur.

L’étude des contacts entre ces empires, au sein de l’espace méditerranéen, illustre les modalités de leur ouverture sur l’extérieur. La Méditerranée, sillonnée par des marins, des guerriers, des marchands, est aussi un lieu d’échanges scientifiques, culturels et artistiques.

 

  • ­Thème 2 Société, Église et pouvoir politique dans l’occident féodal (XIe-XVe siècle)

=L’ordre seigneurial : la formation et la domination des campagnes

=L’émergence d’une nouvelle société urbaine

=L’affirmation de l’État monarchique dans le Royaume des Capétiens et des Valois

La société féodale, empreinte des valeurs religieuses du christianisme, se construit sous la domination conjointe des pouvoirs seigneuriaux, laïques et ecclésiastiques. Les campagnes et leur exploitation constituent les ressources principales de ces pouvoirs. En abordant la conquête des terres, on envisage, une nouvelle fois après l’étude du néolithique en 6e, le lien entre hommes et environnement.

Le mouvement urbain qui s’amorce principalement au XIIe siècle fait toutefois apparaître de nouveaux modes de vie et stimule l’économie marchande.

De son côté, le gouvernement royal pose les bases d’un État moderne, en s’imposant progressivement face aux pouvoirs féodaux, en étendant son domaine et en développant un appareil administratif plus efficace pour le contrôler.

 

  • ­Thème 3 Transformations de l’Europe et ouverture sur le monde aux XVIe et XVIIe siècles

=Le monde au temps de Charles Quint et Soliman le Magnifique

=Humanisme, réformes et conflits religieux

=Du Prince de la Renaissance au roi absolu (François Ier, Henri IV, Louis XIV)

Aux XVe et au XVIe siècles s’accomplit une première mondialisation : on réfléchira à l’expansion européenne dans le cadre des grandes découvertes et aux recompositions de l’espace méditerranéen, en tenant compte du rôle que jouent Ottomans et Ibériques dans ces deux processus historiques. Les bouleversements scientifiques, techniques, culturels et religieux que connaît l’Europe de la Renaissance invitent à réinterroger les relations entre pouvoirs politiques et religion.

On pourra comprendre comment, dans un contexte de conflits religieux, des monarques peuvent se présenter comme des garants de la paix.

À travers l’exemple français de trois moments d’affirmation du pouvoir royal, on approfondit l’étude de l’évolution de la figure royale, déjà abordée au cycle 3.

 

                                                     Programme de géographie de 5e

  • ­Thème 1 La question démographique et l’inégal développement

=La forte croissance démographique et ses e­ffets

=Répartition de la richesse et de la pauvreté dans le monde

L’objectif de cette première partie du cycle est de sensibiliser les élèves aux problèmes posés aux espaces humains par le changement global et la tension concernant des ressources essentielles (énergie, eau, alimentation). Il s’agit de faire comprendre aux élèves la nécessité de prendre en compte la vulnérabilité des espaces humains, mais sans verser dans le catastrophisme et en insistant sur les capacités des sociétés à trouver les solutions permettant d’assurer un développement durable (au sens du mot anglais sustainable, dont il est la traduction) et équitable.

ce premier thème, on part des acquis du dernier thème de la 6eme pour aborder les problèmes posés par la croissance démographique forte, notamment dans les pays en développement et en émergence, où elle rend difficile le développement durable et équitable et l’accès de tous aux biens et aux services de base. Le premier sous-thème sera abordé à partir de deux études de cas : une puissance émergente (la Chine ou l’Inde) et un pays d’Afrique au choix. On mettra en perspective ces cas avec les Etats Unis et l’Europe, où la question démographique se pose de manière très di­fférente. Mais on montrera aussi les points communs, comme, par exemple, celui du vieillissement.

On abordera ensuite, à grands traits, la géographie de la richesse et de la pauvreté à l’échelle du monde. L’objectif est de sensibiliser les élèves à l’inégale répartition des richesses. Ils découvrent aussi que les di­fférents niveaux de richesse et de pauvreté et donc les inégalités sociales sont observables dans tous les pays. L’outil cartographique est important pour aborder les questions liées à ce thème, qui en lien très évident avec le suivant.

 

  • ­Thème 2 Des ressources limitées, à gérer et à renouveler

=L’énergie, l’eau : des ressources à ménager et à mieux utiliser.

=L’alimentation : comment nourrir une humanité en croissance démographique et aux besoins alimentaires accrus ?

La question des ressources est aujourd’hui une des plus importantes qui soient et la géographie l’aborde de façon efficace. On peut ainsi insister sur l’importance des espaces ruraux et agricoles, en tant qu’ils contribuent à la fourniture des ressources essentielles, notamment alimentaires, alors qu’une partie de l’humanité est toujours sous-alimentée ou mal alimentée. On montre les enjeux liés à la recherche de nouvelles formes de développement économique, susceptible d’assurer une vie matérielle décente au plus grand nombre, sans compromettre l’écoumène sans surexploitation des ressources. Ce thème autorise aussi une présentation de type géo-histoire, qui donne de la profondeur à l’analyse et o­re la possibilité de bien connecter la partie histoire et la partie géographie du programme de C4.

Chaque sous-thème est abordé par une étude de cas au choix du professeur, contextualisée à l’échelle mondiale.

 

­

  • Thème 3 Prévenir les risques, s’adapter au changement global

=Le changement global et ses principaux eff­ets géographiques régionaux.

=Prévenir les risques industriels et technologiques

Ce thème doit permettre aux élèves d’aborder la question du changement global (changement climatique, urbanisation généralisée, déforestation…) Il permet d’appréhender quelques questions élémentaires liées à la vulnérabilité et à la résilience des sociétés face aux risques, qu’ils soient industriels, technologiques ou liés à ce changement global. Ce thème est étudié en remobilisant les acquis des élèves construits durant le programme de géographie du cycle 3. Il est particulièrement adapté à la démarche prospective.

Le sous thème 1 est traité à partir d’une étude de cas simple, au choix du professeur, des eff­ets potentiels d’un changement climatique et d’une politique locale ou régionale ou nationale, pour les éviter, les modérer ou s’y adapter.

Le sous-thème 2 est abordé à partir d’une étude de cas sur un risque industriel et technologique.

Cette approche du thème, centrée sur les bouleversements géographiques prévus et sur les tentatives d’anticiper ceux-ci, permet de nouer des liens avec les programmes de SVT et de technologie et d’aborder de manière nouvelle la question du développement durable.

 

 

                                                          Programme d'histoire de 4e

  • ­Thème 1 : Le XVIIIème siècle. Expansions, Lumières et révolutions

=Bourgeoisies marchandes, négoces internationaux et traites négrières au XVIIIe siècle.

=L’Europe des Lumières : circulation des idées, despotisme éclairé et contestation de l’absolutisme.

=La Révolution française et l’Empire : nouvel ordre politique et société révolutionnée en France et en Europe.

La classe de 4eme doit permettre de présenter aux élèves les bases de connaissances nécessaires à la compréhension de changements politiques, sociaux économiques et culturels majeurs qu’ont connus l’Europe et la France, de la mort de Louis XIV à l’installation de la Troisième République. Il s’agit notamment d’identifier les acteurs principaux de ces changements, sans réduire cette analyse aux seuls personnages politiques.

L’étude des échanges liés au développement de l’économie de plantation dans les colonies amène à interroger les origines des rivalités entre puissances européennes, l’enrichissement de la façade atlantique, le développement de la traite atlantique en lien avec les traites négrières en Afrique et l’essor de l’esclavage dans les colonies.

Le développement de l’esprit scientifique, l’ouverture vers des horizons plus lointains poussent les gens de lettres et de sciences à questionner les fondements politiques, sociaux et religieux du monde dans lequel ils vivent. On pourra étudier les modes de di­ffusion des nouvelles idées, la façon dont diff­érents groupes sociaux s’en emparent et la nouvelle place accordée à l’opinion publique dans un espace politique profondément renouvelé.

On caractérise les apports de la Révolution française, dans l’ordre politique aussi bien qu’économique et social non seulement en France mais en Europe dans le contexte des guerres républicaines et impériales. On peut à cette occasion replacer les singularités de la Révolution française dans le cadre des révolutions atlantiques. On rappelle l’importance des grandes réformes administratives et sociales introduites par la révolution puis l’Empire.

 

  • ­Thème 2 L’Europe et le monde au XIXe siècle :

=L’Europe de la « révolution industrielle »

=Conquêtes et sociétés coloniales

Nouvelle organisation de la production, nouveaux lieux de production, nouveaux moyens d’échanges : l’Europe connaît un processus d’industrialisation qui transforme les paysages, les villes et les campagnes, bouleverse la société et les cultures et donne naissance à des idéologies politiques inédites. Dans le même temps, l’Europe en croissance démographique devient un espace d’émigration, et on donne aux élèves un exemple de l’importance de ce phénomène (émigration irlandaise, italienne…). Enfin on présente à grands traits l’essor du salariat, la condition ouvrière, les crises périodiques et leurs effets sur le travail qui suscitent une « question sociale » et des formes nouvelles de contestation politique. La révolution de 1848, qui traverse l’Europe, fait évoluer à la fois l’idée de nationalité et celle du droit au travail.

De nouvelles conquêtes coloniales renforcent la domination européenne sur le monde. On pourra observer les logiques de la colonisation à partir de l’exemple de l’empire colonial français. L’élève découvrira le fonctionnement d’une société coloniale. On présente parallèlement l’aboutissement du long processus d’abolition de l’esclavage.

Le thème est aussi l’occasion d’évoquer comment évolue la connaissance du monde et comment la pensée scientifique continue à se dégager d’une vision religieuse du monde.

 

  • ­Thème 3 Société, culture et politique dans la France du XIXe siècle

=Une difficile conquête : voter de 1815 à 1870

=La Troisième République

=Conditions féminines dans une société en mutation

De 1815 à 1870, des Français votent : qui vote ? pour élire qui ? comment vote-t-on ? L’expérience du vote permet de découvrir rapidement plusieurs régimes politiques, des monarchies censitaires à l’empire libéral et parlementaire, et de voir comment les Français font l’apprentissage d’un « su­ffrage universel » à partir de 1848.

Après les évènements de 1870 et 1871, l’enjeu est de réaliser l’unité nationale autour de la République : l’école, la municipalité, la caserne deviennent des lieux où se construit une culture républicaine progressiste et laïque. Mais de son installation à la loi de Séparation des Églises et de l’État, la République est encore discutée et contestée.

Quel statut, quelle place, quel nouveau rôle pour les femmes dans une société marquée par leur exclusion politique ? Femmes actives et ménagères, bourgeoises, paysannes ou ouvrières, quelles sont leurs conditions de vie et leurs revendications ?

 

                                                           Programme de géographie de 4e

  • ­Thème 1 L’urbanisation du monde.

=Espaces et paysages de l’urbanisation : géographie des centres et des périphéries

=Des villes inégalement connectées aux réseaux de la mondialisation.

A partir des acquis de la classe de 5eme, on aborde en 4eme quelques caractéristiques géographiques majeures du processus de mondialisation contemporaine. On peut ainsi sensibiliser les élèves aux di­érences entre celle-ci et la «première mondialisation» (XVXVIe siècles) étudiée en histoire. Il s’agit de sensibiliser les élèves aux nouvelles formes d’organisation des espaces et des territoires que cette mondialisation provoque et d’aborder avec eux quelques-uns des problèmes qu’elle pose. Le monde s’urbanise à grande vitesse depuis 1945. Plus de la moitié de l’humanité habite les villes, depuis 2007, et probablement les 2/3 à l’horizon 2050. Il s’agit d’un fait majeur qui caractérise la mondialisation. En 6eme les élèves ont abordé la question urbaine à partir de l’analyse de « l’habiter ». En 4eme on leur fait prendre conscience des principaux types d’espaces et de paysages que l’urbanisation met en place, ce qui est l’occasion de les sensibiliser au vocabulaire de base de la géographie urbaine. On insiste ensuite sur la connexion des villes aux grands réseaux de la mondialisation et aux di­érences que cela crée entre villes connectées et bien intégrés à une mondialisation qu’elles entrainent et des villes plus à l’écart, voire confrontées à des phénomènes de « rétrécissement » (Shrinking Cities, comme Detroit). Deux études de cas de grandes villes, au choix du professeur permettent d’aborder concrètement les di­érents aspects du thème. Ces études de cas contextualisées o­rent une première approche de l’espace mondialisé.

 

  • ­Thème 2 Les mobilités humaines transnationales

=Un monde de migrants.

=Le tourisme et ses espaces.

Il est essentiel de montrer aux élèves l’importance des grands mouvements transnationaux de population que le monde connaît et qui sont d’une ampleur considérable.

Les migrations transnationales dont les motivations peuvent être extrêmement variées (Erasmus, suite de conflits, crise climatique, raisons économiques…) sont souvent au centre de l’actualité et il est important que les élèves comprennent que cette géographie des migrations n’est pas centrée sur la seule Europe, ni marquée par les seuls mouvements des « Suds » vers les « Nords », mais comporte aussi des foyers de migrations intracontinentales sud-sud.

Quant au tourisme international, il constitue désormais le mouvement de population le plus massif que le monde ait jamais connu ; il est porteur d’e­ffets économiques, sociaux et territoriaux très importants.

Chaque sous-thème est abordé par une étude de cas locale ou régionale, au choix du professeur, mise en perspective à l’échelle mondiale, a‑n de pouvoir monter en généralité. Ce thème permet des liens avec le programme d’histoire de 4eme

 

  • ­Thème 3 Des espaces transformés par la mondialisation.

=Mers et Océans : un monde maritimisé »

=L’adaptation du territoire des Etats-Unis aux nouvelles conditions de la mondialisation.

=Les dynamiques d’un grand ensemble géographique africain (au choix : Afrique de l’Ouest, Afrique Orientale, Afrique australe)

L’objectif est de sensibiliser les élèves à la capacité de la géographie de mettre en évidence des enjeux spatiaux liés à la mondialisation.

Les mers et les océans sont des espaces emblématiques de ces enjeux. Intensément parcourus par les lignes de transport maritimes, essentielles au fonctionnement économique du monde, bordés par les littoraux qui concentrent les populations et les activités, les mers et les océans sont aussi des régulateurs climatiques, des zones exploitées pour la pêche et d’autres ressources , au centre de conflits d’intérêts nombreux. Ce sont des milieux fragiles, dont la conservation est un problème majeur pour les sociétés.

Les second et troisième sous-thèmes permettent une présentation à grands traits des dynamiques spatiales que la mondialisation impulse dans deux grands ensembles géographiques, étudiés séparément, mais sans oublier de les mettre en lien autant que de besoin.

Le territoire des Etats-Unis est un exemple intéressant d’adaptation d’une grande puissance attractive (qui accueille des flux migratoires importants) aux nouvelles conditions économiques et sociales issues de la mondialisation.

Le continent africain, quant à lui, est celui où cette mondialisation produit les effets les plus importants et où les potentiels de développement, mais aussi les fragilités sont manifestes.

L’étude de ces trois sous–thème de très large spectre ne peut être qu’esquissée avec les élèves, en insistant sur les bases de connaissance géographique permettant de poser les problèmes principaux. L’analyse cartographique pourra être privilégiée.

 

                                                               Programme d'histoire de 3e

  • Thème 1 L’Europe, un théâtre majeur des guerres totales (1914-1945)

=Civils et militaires dans la Première Guerre mondiale

=Démocraties fragilisées et expériences totalitaires dans l’Europe de l’entre deux-guerres

=La Deuxième Guerre mondiale, une guerre d’anéantissement

=La France défaite et occupée. Régime de Vichy, collaboration, Résistance.

La classe de 3eme donne aux élèves les clefs de compréhension du monde contemporain. Elle permet de montrer l’ampleur des crises que les sociétés françaises, européennes et mondiales ont traversées, mais aussi les mutations sociales et politiques que cela a pu engendrer.

En mobilisant les civils aussi bien que les militaires, la Grande Guerre met à l’épreuve la cohésion des sociétés et fragilisent durablement des régimes en place. Combattants et civils subissent des violences extrêmes, dont témoigne particulièrement le génocide des Arméniens en 1915. En Russie, la guerre totale installe les conditions de la révolution bolchevique, le communisme soviétique stalinien est établi au cours des années 1920.

Après paix de Versailles puis la Grande Dépression le régime nazi s’impose et noue des alliances. L’expérience politique française du Front Populaire se déroule dans ce cadre marqué par une montée des périls.

Violence de masse et anéantissement caractérisent la Deuxième Guerre mondiale, conflit aux dimensions planétaires. Les génocides des Juifs et des Tziganes ainsi que la persécution d’autres minorités sont étudiés.

A l’échelle européenne comme à l’échelle française, les résistances s’opposent à l’occupation nazie et aux régimes qui s’engagent dans la collaboration. Dans le contexte du choc de la défaite de 1940, la Résistance militaire et civile agit contre le régime de Vichy négateur des valeurs républicaines.

 

  • ­Thème 2 Le monde depuis 1945

=Indépendances et construction de nouveaux États

=Un monde bipolaire au temps de la guerre froide

=Affirmation et mise en œuvre du projet européen

=Enjeux et conflits dans le monde après 1989

L’eff­ondrement rapide des empires coloniaux est un fait majeur du second XXe siècle. On étudiera les modalités d’accès à l’indépendance et les problèmes rencontrés par les nouveaux États à travers un exemple au choix.

La guerre froide, l’autre fait majeur de la période, s’inscrit dans une confrontation Est-Ouest qui crée des modèles antagonistes et engendre des crises aux enjeux locaux et mondiaux. États-Unis et URSS se livrent une guerre idéologique et culturelle, une guerre d’opinion et d’information pour affirmer leur puissance. Les logiques bipolaires du monde sont remises en cause par l’indépendance de nouveaux États et l’émergence du Tiers Monde.

Dans ce contexte, les étapes et les enjeux de la construction européenne sont à situer dans leur contexte international et à aborder à partir de réalisations concrètes.

Quelle est la nature des rivalités et des conflits dans le monde contemporain et sur quels territoires se développent-ils ? On cherchera quelques éléments de réponses à partir de l’étude d’un cas (on peut croiser cette approche avec le programme de géographie).

 

  • ­Thème 3 Françaises et Français dans une République repensée

=1944-1947, refonder la République, redéfinir la démocratie

=La Ve République, de la République gaullienne à l’alternance et à la cohabitation

=Femmes et hommes dans la société des années 1950 aux années 1980 : nouveaux enjeux sociaux et culturels, réponses politiques

En France, la Libération autorise la restauration de la légalité républicaine dans une dynamique de refondation. La République intègre politiquement les femmes. L’important programme de réformes du Conseil national de la Résistance prolonge et complète celui du Front Populaire, il élargit la démocratie dans un sens social.

Le retour au pouvoir du général de Gaulle en 1958 donne naissance à la Ve République marquée par le renforcement du pouvoir exécutif et le scrutin majoritaire. L’histoire permet ici de contextualiser l’étude des institutions républicaines, des principes et des pratiques politiques, réalisée aussi dans le cadre de l’EMC.

Dans la seconde moitié du XXe siècle, la société française connaît des transformations décisives : place des femmes, nouvelles aspirations de la jeunesse, développement de l’immigration, vieillissement de la population, montée du chômage Ces changements font évoluer le modèle social républicain. L’étude de quelques exemples d’adaptation de la législation aux évolutions de la société o­re l’occasion de comprendre certains enjeux du débat politique et les modalités de l’exercice de la citoyenneté au sein de la démocratie française.

 

                                                            Programme de géographie de 3e

  • ­Thème 1 Dynamiques territoriales de la France contemporaine

=Les aires urbaines, une nouvelle géographie d’une France mondialisée. 

=Les espaces productifs et leurs évolutions.

=Les espaces de faible densité (espaces ruraux, montagnes, secteurs touristiques peu urbanisés) et leurs atouts.

L’orientation de la classe de 3ème consiste à proposer aux élèves des bases pour la connaissance de la géographie de la France et de l’union européenne. Il s’agit d’un moment étape particulièrement important dans le cadre de la scolarité obligatoire. Cette approche peut être utilement articulée avec l’étude du dernier thème du programme d’histoire de l’année de 3ème .

Le territoire français a profondément changé depuis 50 ans, en raison de l’urbanisation qui modifié les genres de vie et redistribué les populations et les activités économiques. Il s’agit de présenter aux élèves ces principaux bouleversements. La géographie des aires urbaines permet de sensibiliser les élèves à la diversité des espaces (centraux, péricentraux, périurbains, suburbains) concernés par l’urbanisation et aux relations entre les aires d’influences urbaines.

Les mutations des espaces productifs, à dominante industrielle, agricole, touristique ou d’a­ffaires sont abordées en lien avec l’urbanisation et la mondialisation qui en redessinent la géographie.

Les espaces de faible densité (espaces ruraux, montagnes, secteurs touristiques peu urbanisés). sont abordés sous l’angle de la diversité de leurs dynamiques et de leurs atouts. Ce ne sont pas seulement des marges délaissées et des espaces sans ressources productives via notamment les activités agricoles, touristiques ou liées à l’accueil de nouveaux types d’habitants.

Les 3 sous-thèmes sont abordés à travers des études de cas et d’exemples concrets, au choix du professeur, et de cartes à différentes échelles. Ce thème se prête à la réalisation de croquis ou de schémas.

 

  • ­Thème 2 Pourquoi et comment aménager le territoire?

=Aménager pour répondre aux inégalités croissantes entre territoires français, à toutes les échelles

=Les territoires ultramarins français : une problématique spécifique

Il s’agit de présenter aux élèves l’aménagement du territoire considéré comme une tentative des pouvoirs publics de compenser les inégalités entre territoires, qu’elles soient économiques, sociales, d’accès aux équipements publics. Ce thème permet de livrer aux élèves les bases des notions renvoyant à l’étude de l’aménagement de l’espace. Il permet notamment de les sensibiliser aux outils et acteurs de l’aménagement français et européen.

Le sous-thème 1 est mis en œuvre à partir d’une étude de cas d’un aménagement local ou/et régional. Les approches de prospective territoriale sont particulièrement intéressantes pour sensibiliser les élèves à la portée de l’aménagement. L’étude de cas est mise en perspective aux échelles nationale et européennes. La démarche se prête à la réalisation d’un croquis de l’organisation du territoire national.

L’étude du sous-thème 2 est conduite à partir de cartes à di­érentes échelles et d’exemples concrets

 

  • ­Thème 3 La France et l’Union Européenne

=L’Union Européenne, un nouveau territoire de référence et d’appartenance.

=La France et l’Europe dans le monde

L’analyse géographique permet d’aborder l’union européenne dans une perspective de construction et de politiques territoriales. Cette étude est complémentaire de celle menée du thème 2 d’histoire pour cette même classe de 3eme.

 On présente les caractéristiques du territoire de l’UE en insistant sur la position du territoire Français dans cette géographie européenne et le potentiel que l’UE représente pour notre pays. On aborde cette question en y intégrant l’examen d’une région transfrontalière.

Cette approche permet de poser la question de la place et du rayonnement culturel, géopolitique économique, de la France et de l’Europe dans le monde, qu’on examine à partir d’exemples concrets.